Mots-clefs

, , ,

« La folie du divin est tellement + belle que la vaine sagesse dont l’homme se targue ». PLATON

Platon est l’inventeur de la raison et de la politique en occident. Comment donc comprendre cette phrase ? Pour ma part, et en la remettant dans son contexte, je pense que Platon fait ici allusion à Socrate maître et précurseur incontesté de l’histoire de la philosophie. Bien qu’il n’ai laissé aucun texte Socrate est à bien des égards un personnage fascinant du fait d’une profondeur de vue et d’une acuité dialectique incomparable. Quelques initiés de la philosophie le connaisse à travers Platon dont certains penseront qu’il a inventé Socrate comme on imagine ce que pourrait être la perfection humaine suprême : celle du philosophe accompli. Mais bien peu savent que Socrate entendait des voix. Comment donc ? ai-je bien entendu ? Oui, des voix… Ce qui ferait de Socrate un psychotique en puissance. Il faut se reporter à l’histoire antique pour savoir que les fous comme on les appellent maintenant étaient vu comme des personnes ayant un contact avec autre chose que ce monde matériel et de la pensée dite purement rationnelle. Rationalité fonctionnelle dont on nous abreuvent aujourd’hui dans tous les domaines de la technique. Or l’homme lui même est complexe et difficile à cerner, de même que le monde dans lequel il évolue. Il est probable que ce Socrate aurait de nos jours été enfermés dans un asile psychiatrique. A l’époque, ses contemporains lui ont préféré la ciguë. Il faut bien comprendre que ce Socrate n’était pas fou au sens où on l’entend maintenant mais  avait un contact avec une autre forme de rationalité dite transcendante. En ce sens, la raison transcendante ne s’inquiète pas de ce qui est bon ou mauvais pour le sujet (notion si chère aujourd’hui pour nous : individu) mais bien de la Vérité avec un grand V, tout en ayant le souci de sa noblesse qui réside en elle même, cette vérité n’est pas étrangère à l’homme, elle est aussi immanente. c’est à dire contenue dans chaque être.

Ce qui me fait dire à contrario que le sujet supposé rationnel avec un mode de pensée purement opératoire se heurte inévitablement à la barrière de ce qu’en Orient on appelle l’égo, qui lutte pour sa survie au prix souvent du manquement à la Vérité. Cet égo naissant dans une sorte de Soif qui réside en chaque être humain de jouir de la permanence (ou disons être assuré du lendemain). Etat impossible s’il en est vu que l’univers entier est contingent c’est à dire qu’il aurait pu ne pas exister (tout peut arriver, à contrario). Ce qui revient à dire dans le cas Socrate et du philosophe au sens noble, qu’il avait bien un contact avec ce qui le dépassait et que de ce fait, il semblait étrange voire dangereux pour la société dans laquelle il vivait. L’on voit donc que Socrate n’était pas fou mais je dirai moi fidèle à lui même et à ses principes. COHERENT mais pas dans le sens où il était normal mais parce qu’il restait intransigeant vis à vis de la Vérité au péril de sa vie. C’est cela l’idiotie dont les croyants ou les fous sont affublés chaque jour et pourtant combien de choses ignorons nous encore au 21ème siècle…pour dire encore cela.

Je terminerai par une autre citation :

« Il y a au ciel et sur la terre bien + à voir que peut n’en contenir toute notre philosophie. »

Publicités