Mots-clefs

,

J’ai réfléchi sur la façon dont une certaine culture tente de bannir la maladie et la souffrance de notre monde. L’homme d’aujourd’hui est contre tout, contre le vent, contre la maladie, le froid et les autres. Ce qui induit que les malades et les exclus sont souvent traités comme des êtres inférieurs, un poids pour la société, et la maladie comme une douleur inutile. Ceux qui n’ont pas la foi ne peuvent pas comprendre pourquoi la souffrance peut exprimer notre nature et notre rédemption, car c’est pour que l’amour soit possible que fut pris le risque d’un monde de liberté qui ignorant l’amour, destination de la liberté, a provoqué l’accumulation des malheurs.

Nous savons que Dieu a créé l’homme immortel mais rappelons nous une chose, la souffrance qui résume en elle-même toutes les souffrances humaines, c’est la mort. Affirmer que Dieu a créé l’homme pour l’immortalité, c’est aussi dire qu’il l’a créé sans souffrance. Alors comment se fait-il qu’il y ait la souffrance sur terre : à cause du péché de l’homme qui n’est pas la transgression d’une loi, mais qui est une trahison consentie de l’amour. La mort et la souffrance sont les fruits du péché et une de ses conséquences. Alors c’est une grande grâce d’accepter la souffrance pour détruire le péché, pour le payer en retour. « Et la souffrance embrassée par l’amour peut devenir douce comme l’amour, car lorsqu’on accepte la souffrance quotidienne en se sachant uni et aidé en Lui, le Christ, on souffre « pour Lui » dans le sens où l’on donne une valeur à ce que l’on porte ainsi en Lui. Car la souffrance ne vient pas de Lui, enfant : pas la moindre souffrance ne vient de lui. C’est l’ adversaire qui fait mal, et cela est permis par Lui à cause de la liberté qu’il a donnée à l’homme ». Il ne suffit donc pas que l’homme dise je suis libre, il faut qu’il accepte de dire, je suis responsable.

Travailler sur soi demande parfois d’accepter cette possible souffrance. Pour se faire, la voie est d’avoir la foi « cette nuit obscure ». Et, nous n’avons de choix qu’entre ce mystère de foi ou l’absurde, car quand je regarde le soleil en plein midi je vois tout noir, ce n’est pas qu’il n’y a pas de lumière, c’est qu’il y en a trop, c’est ça ce mystère. Quant à l’absurde, il est laissé là comme une pomme pourrissant par terre sans avoir été consommée qui ne fera donc jamais partie de nous. Cela veut dire aussi qu’il nous faut comprendre qu’on ne sait pas tout, qu’il faut aussi savoir renoncer à tout contrôler, pour finalement servir autre chose que notre volonté propre, l’individualisme qui en découle et qui dégrade la société en général.

Sachez que votre transformation affectera l’humanité entière car comme il est écrit, celui qui sauve une vie sauve le monde entier. Sartre, philosophe athée, disait lui aussi que chaque choix personnel a une influence sur l’humanité toute entière, car c’est notre regard qui change le monde. Prenons un autre exemple : savez-vous quelle est le plus grand organisme vivant ? C’est la grande, l’immense forêt du Colorado, des hectares d’arbres. On a longtemps cru que chaque peuplier était autonome, indépendant et on a découvert que pas du tout. C’est un organisme géant avec une seule et même racine. Et on est dans une situation identique, on croit qu’on est indépendant, autonome et en fait, nous sommes liés par une même origine commune. Je suis dans la société et cette dernière est en moi, nous avons donc le pouvoir et le devoir chacun où nous sommes de la faire évoluer vers un avenir meilleur et plus humain pour tous.

Car au final, le jour où l’ homme épousera le vent, la maladie, le froid et les autres, il connaîtra  l’apaisement et se remettra à vivre. Les véritables changements viennent d’en-bas, des consciences individuelles, et  pas d’en-haut (de la sphère politique en particulier, et croyez moi, je sais de quoi je parle…).

Publicités