Mots-clefs

, , ,

En maladie, j’ai cherché les moyens propres à me faire aller vers un mieux être. Dans cette optique et à cette fin, j’ai pratiqué la méditation. Naturellement, il ne s’agit pas de s’asseoir en tailleur et de ne penser à rien, non la pratique de la méditation est d’une nature autre que celle là. En réalité, il s’agit bien + d’une sorte de contemplation passive de son état d’esprit :  se laisser aller, en un mot de lâcher prise sur le mental qui tente à chaque instant d’avoir le contrôle et de Voir ce qu’on ressent. Il s’agit là de ressentir le moment présent avec gravité sans tenter de fuir. Expérience terrifiante pour certains, la méditation ainsi comprise va à l’encontre de nos modes de pensées habituels et quoiqu’on puisse ressentir en méditant, il ne faut JAMAIS perdre de vue que chaque moment plaisant ou déplaisant ne dure si on se s’y accroche pas. C’est ainsi que les moments dits agréables peuvent devenir de véritables frein dans notre progression spirituelle puisqu’ils tendent à nous faire rester dans le passé en nous induisant la tentation de réitérer l’action qui nous pousse à produire cet effet dit heureux. Les grands biens sont souvent l’occasion de grand maux à postériori : tout comme le souvenir que j’avais de ma période heureuse avant la maladie.

Celle-ci a été un obstacle à ma rémission. La méditation m’a permis de faire le deuil du passé et de me créer ainsi un avenir différent forcément + riche intérieurement. La méditation pour moi c’est avant tout la rencontre de soi et de l’amour qui réside en soi. J’ai été ainsi à l’école de mon propre esprit tant il est vrai que l’on doit vivre et s’accepter tel qu’on est et savoir s’aimer soi quoiqu’il puisse arriver. C’est une vraie force que de voir cela en soi maladie ou pas. Quand on fait le lien avec soi et en soi par le biais d’une réelle méditation, + on peut lever des forces qu’on ne soupçonne pas et remédier + aisément aux difficultés et les voir ensuite de manière + sereine.

La méditation, comme l’avait dit Khrisnamurti : c’est voir le contenu de son esprit. C’est tout à fait vrai, j’ai pu le constater. Il ne s’agit pas d’intellectualiser mais d’expérimenter. Bien qu’en apparence, il ne se passe jamais rien en méditation, les fruits en sont réels et palpables : on renforce son psychisme, on est moins contrarié progressivement par les déconvenues de la vie, émotionnellement on est + stable et notre réflexion s’étaye davantage dans le bon sens, le pragmatisme et pas dans les constructions intellectuelles complexes mais fragiles.

Je tiens ici à préciser que la pratique de la méditation ne s’improvise PAS. Il faut avoir un minimum de connaissances pour y avoir recours. Je traiterai + largement de cela dans un prochain article sur ce blog.

Publicités