Mots-clefs

, ,

Je tiens ici à réagir suite aux évènements liés à l’attaque terroriste dont à été victimes Charlie Hebdo. J’ai été réellement consterné par ce qui s’est passé devant nos yeux. Je suis croyant ET libre penseur en ce qui me concerne. Ces 2 dimensions ne s’opposent pas nécessairement, elles se complètent au contraire. C’est parce que l’on a une pensée juste comme dirait Bouddha que l’on peut comprendre certains domaines de la vie intérieure voire de la foi. C’est même une forme d’honnêteté intellectuelle que de pouvoir constater qu’il y a des choses dans la vie qui nous dépassent, la sagesse consiste de savoir lesquelles, c’est tout.

Non, je crois que les barbares qui ont commis ces actes ne peuvent pas se revendiquer d’une quelconque religion car leurs actions n’en relèvent pas. La réalité, c’est qu’il s’agit bien davantage d’une forme de réassurance identitaire face à leurs angoisses existentielles et métaphysiques ainsi que de leur impossibilité réelle de faire correctement face à leurs pulsions négatives et donc de les reporter sur autrui, le monde, la société occidentale ou que sais-je encore. J’ai envie de dire, peu importe, l’important est de bien assimiler cette donne.

Comme je le dis souvent, le Divin est aussi immanent, c’est à dire contenu dans chaque parcelle de notre être intérieur et en toute chose. On dit ainsi que Dieu porte toute la création dans les religions monothéistes. C’est aussi l’idée que ce Dieu est en chacun de nous. Comme le dirait Socrate, connais toi toi-même et tu connaitras l’univers et les Dieux, ce qui montre bien cette idée que la conscience humaine est le prisme universel par lequel le Divin se révèle à l’humain. Or, si j’admet que Dieu est en chacun et en tous, je ne peux décemment me revendiquer de Lui pour prétexte afin de nuire à autrui…

C’est là l’antithèse même de parler au nom de Dieu pour justifier tel ou tel acte humain violent et de vouloir confondre sa volonté propre de satisfaire à telle ou telle pulsion destructrice à ce Dieu qui je le dit EST amour. C’est sa nature profonde, qui est censé être le principe même qui sous-tend le réel et lui permet de venir à existence. Non, Dieu n’existe pas au sens où on l’entend généralement, il EST, ce qui n’est pas la même chose. C’est un principe qui permet à tous les autres de prendre forme et existence. En quelque sorte, on pourrait définir cette réalité divine comme un terreau fertile qui permet aux plantes de prendre vie. Cela vaut pour toute chose y compris dans la vie de l’esprit à travers la conceptualisation. Je m’explique : c’est parce que dans un raisonnement, il y a un postulat de départ non-rationnel (j’y crois ou pas) que le raisonnement peut se communiquer et exister en lui-même.

Exemple : On peut prouver à la fois que Dieu existe (Saint Thomas d’Aquin) Et n’existe pas (Kant) d’où l’impossibilité de trouver un fondement rationnel à toute chose. C’est donc dans la foi de l’homme que Dieu existe, dans le « j’y crois » ou « pas » d’ailleurs. Tous nos points de vues sont basés sur cette simple réalité que j’énonce là : on croit à telle ou telle chose et on trouvera ensuite des éléments de rationalisation tendant à démontrer ce qui n’est en fin de compte je le répète des points de vues + ou moins pertinent selon le principe de la réalité qui les porte (Le Divin justement).

D’où l’impossibilité d’avoir raison ou tort dans l’absolu donc la nécessité de prendre en compte cette complexité des points de vue ce qui nécessite du respect, de la patience, de la TOLÉRANCE à autrui, de la considération en somme. On énonce des croyances et non pas des vérités la plupart du temps quand on y pense.

C’est la grande vérité d’un Socrate et c’est la raison pour laquelle il est considéré comme le maitre des philosophes : « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien… » Cela demande une élévation spirituelle personnelle absolument immense. Savoir qu’on ne sais rien, d’un point de vue psychologique, c’est être sans certitude et donc par corolaire sans l’angoisse qu’induit la liberté tout en en bénéficiant soi. C’est justement cela la spiritualité et ce qu’elle amène, ce qui vous l’aurez compris n’a rien à voir avec la barbarie dont font preuve ces terroristes. Savoir qu’on ne sait pas, avoir le courage du doute, pouvoir rire de cette ignorance pourtant si savante, c’est le propre d’un être humain accompli dans sa nature profonde.

Publicités