WalpolaRahula_EnseignementBouddha_vignetteC’est LE livre que je conseillerai afin de découvrir les différentes notions philosophiques propres au bouddhisme. Il s’agit là d’un exposé clair mais quelque peu difficile pour le néophyte de cette tradition spirituelle qui me tient personnellement beaucoup à cœur.

J’ai découvert l’enseignement du Bouddha quand j’avais 17 ans à un moment de ma vie où je me posais pas mal de questions existentielles et métaphysiques. C’est dans ce livre que j’ai trouvé la citation : "sois ton propre maître et ton propre disciple". Le Bouddha, tout comme les grands maîtres spirituels étaient un émancipateur qui incitait ceux qui venaient vers lui à venir voir (par eux-mêmes) et non pas venir croire (de manière aveugle).

Par ailleurs, j’ai aussi appris que le Bouddha n’était pas une incarnation divine comme Jésus, mais avant tout un homme avec sa propre histoire personnelle et donc forcément unique. Dans ce livre est exposé la doctrine bouddhique bien entendu, mais aussi un certains nombres de textes qui sont en réalité des citations de ce Maître.

Le bouddhisme est réaliste dans sa doctrine des 4 nobles vérités quand il affirme :

  1. La vie est souffrance.
  2. Origine de la souffrance : L’avidité (au sens large).
  3. Cessation de la souffrance : Extinction intérieure de l’avidité.
  4. Chemin qui y mène.

On peut ici constater que le but du Bouddhisme est donc le bonheur de l’homme dans son environnement, de faire disparaître toute forme d’affliction spirituelle, psychologique, voire même physique car Bouddha était par exemple soucieux de répondre également aux préoccupations de son époque et ne séparait pas le bien-être spirituel des conditions extérieures purement matérielles.

D’ailleurs, dans ce même livre que je ne saurai trop que vous conseiller, y est montré que ceux qui à l’époque suivait l’enseignement du Bouddha était réputés heureux car vivant en accord avec leur nature profonde, ce qui est paradoxalement exigeant.

C’est là aussi que j’ai pu m’apercevoir que le bouddhisme n’est pas un nihilisme pur comme le pensait un Nietzsche au sens où la doctrine du non-soi n’est pas absolue comme chez cet auteur de la philosophie occidentale. En ce sens, et comme le dirait un Krishnamurti qui serais-je tenté de dire ici "reprend" ce que aurait pu dire Bouddha : la négation est l’essence de l’affirmation.

Dans d’autres livres auxquels j’ai pu avoir accès + tard dans mes recherches, il s’agit en fait de parler de la non-substantialité de la nature propre ; les phénomènes étant reliés entre eux par une série de causes et de conditions et donc n’existe pas en eux-mêmes, c’est bien cela que veux dire le bouddhisme. Cette conception de relation entre les phénomènes m’a personnellement beaucoup aidé à comprendre comment aborder la méditation qui est un pilier pratique cette fois-ci de cette tradition spirituelle.

Publicités